4 minutes

La coordination devient un besoin incontournable

Partagez cet article

La pénurie annoncée de médecins sur les territoires, du fait de la baisse du numerus clausus jusqu’aux années 2000, et de nombreux départs en retraite à l’horizon 2025, entraîne une inquiétude légitime de la population sur l’accès aux soins et notamment à un médecin traitant.

Parallèlement, avec le vieillissement de la population – plus de deux habitants sur 10 ont plus de 60 ans, près d’un sur trois d’ici 2040 – le taux de maladies chroniques et de personnes dites fragiles a augmenté, rendant les parcours de soins complexes, et nécessitant toujours plus d’interconnexions entre les différents acteurs.

Dans ce contexte, les médecins libéraux doivent faire face à des afflux de nouveaux patients, et à des prise en charge de plus en plus complexes : pour autant la médecine de ville ne faillit pas à ses missions, et le prouve déjà en soignant les deux tiers des patients en France.

Les médecins ont déjà mis en place des adaptations informelles de leur exercice : le regroupement et le travail en équipe se sont développés, permettant une meilleure fluidité dans les échanges d’information, et une harmonisation de certaines pratiques.

Depuis plusieurs années, nous assistons à une formalisation de ces nouveaux modes d’exercices, regroupés sous le terme d’Exercice Coordonné, la Maison de Santé Pluri professionnelle (MSP), le Centre de Santé (CDS), l’Équipe de Soins Primaires (ESP) et enfin la Communauté Professionnelle Territoriale de Santé (CPTS).

Avec Ma Santé 2022, la CPTS se veut LA solution

Ce sigle mystérieux qui agite depuis quelques temps le monde de la santé peut effrayer au premier abord : la CPTS est le cadre qui permettra d’optimiser l’organisation des professionnels de santé à l’échelle d’un territoire. La Communauté Professionnelle Territoriale de Santé permettra également la ​coordination des professionnels de santé de ville avec les établissements, mais également avec les structures sociales et médico-sociales. ​C’est la fameuse « approche populationnelle » pour organiser les soins de premier et de second recours.

Les CPTS ont été créés par la ​loi Touraine de 2016 (LMSS) , mais faute d’encadrement suffisant, le démarrage a été plus que poussif puisque les CPTS se contentaient bien souvent d’acter des coopérations déjà existantes… Ce n’était pas le but !

C’est dans le ​plan ​Ma Santé 2022 qu’elles ont connu une nouvelle dynamique. Nous pouvons même parler de consécration puisqu’elles comptent parmi les 10 mesures phares de la stratégie, avec un objectif pour le moins ambitieux : le déploiement de 1 000 CPTS d’ici 2022 afin de mailler tout le pays.

Mais si le maillage territorial est un objectif gouvernemental, la loi prévoit bien que les projets de CPTS doivent émerger à l’initiatives des professionnels de terrain. Notre objectif, à nous, élus de l’URPS ML PACA, est bien d’accompagner des projets qui avant tout, émergeront du terrain, et auront pour objectif de répondre aux besoins des professionnels de Santé.

Et concrètement…

Tout simplement, la CPTS vise à ​ajouter à l’exercice libéral une pensée collective : ​améliorer la communication, optimiser les échanges entre les membres d’une équipe soignante, fluidifier les parcours correspondants aux besoins spécifiques du territoire, développer des actions de prévention… La CPTS donne un cadre formel, des financements et permet ​d’élargir une coordination qui se faisait jusqu’ici dans une échelle informelle et très restreinte. Travailler ensemble régulièrement et plus efficacement.

Vous l’aurez compris, ce dispositif n’est pas là pour contraindre mais pour ​nous ​faciliter la vie et nous placer au cœur de l’organisation de demain​. À raison d’une seule CPTS par territoire pour couvrir une offre de soins pertinente (de 20 000 à 200 000 habitants), nous pouvons en définir le territoire, les statuts juridiques, choisir les axes thématiques du projet de santé, l’importance plus ou moins grande de la prévention, y inclure une grande diversité de structures et même développer l’attractivité du territoire pour l’installation de nouveaux praticiens. Les professionnels de santé libéraux sont aux commandes.

Pour créer et pérenniser une CPTS, il y a ​4 missions prioritaires à remplir​ :

  1. Permettre l’accès à tous à un médecin traitant
  2. Répondre aux besoins de soins non programmés
  3. Organiser des parcours pluri-professionnels autour du patient
  4. Réaliser des actions territoriales de prévention

Pour vous lancer dans cette aventure, plusieurs étapes : identifier les besoins de santé locaux, rédiger le projet de santé, choisir le cadre juridique, s’intégrer aux dispositifs existants… ​Nous sommes là pour vous accompagner.

Sur le même sujet